Situation

Villers-Cotterêts est une ville de l'Aisne, située au sud du département, elle est au coeur du Valois, et en bordure de la forêt de Retz..

Historique du château

En 632, Dagobert y chasse, et il y possède un pied à terre.

Au IXe siècle, on cite déjà le château de la Malemaison.

En 1165, celui ci est embelli par Philippe d'Alsace, comte de Flandre.

En 1214, le Valois est réuni à la couronne et le château devient propriété royale.

En 1284, Philippe III le Hardi donne le Valois à son fils Charles qui prend alors le titre de comte de Valois. Celui ci fait rebâtir le château dont le luxe est maintes fois cité par les chroniqueurs de l'époque.

Puis la guerre de cent ans ravage le Valois et le château qui reste désert pendant de longues années.

Le château de Villers-Cotterêts Il faut attendre 1498 que Louis XII donne le Valois à son neveu, François d'Angoulème alors âgé de 4 ans, charge à lui de restaurer le château.
Ce n'est qu'après être monté sur le trône de France en 1515 que François, devenu François Ier lui redonnera toute sa splendeur.
De 1530 à 1535, le roi qui aime la chasse en forêt de Retz, veille lui même sur les travaux.
En 1535, les travaux sont terminés. Des réunions fastueuses y sont organisées, et la littérature y est à l'honneur avec la présence de Clément Marot et de Rabelais.

En 1547, Henri II fait entreprendre de grands travaux sous la direction de Philibert de l'Orme.

Puis, le château délaissé par les rois est de nouveau la proie des pillards pendant la guerre des mécontents qui ravage le Valois en 1536.

En 1661, Louis XIV le donne à son frère Philippe qui y fait de nouveau de grands travaux. Les jardins sont aménagés par le Nôtre.

1789, c'est la fin de la gloire. En 1806, il sera transformé en dépôt de mendicité puis en maison de retraite après avoir failli être vendu comme bien national.

Hommes célèbres

Charles Albert Demoustier est un écrivain français né à Villers-Cotterêts le 11 mars 1760, mort à Paris en 1801.

Alexandre Dumas est un écrivain français, né le 24 juillet 1802 (5 thermidor an X) à Villers-Cotterêts et mort le 5 décembre 1870 à Puys, près de Dieppe (Seine-Maritime)

L'ordonnance

L'ordonnance de Villers-Cotterêts Il y a 470 ans !!
C'est entre le 10 et le 15 août 1539, dans le château que François Ier signe l'ordonnance de Villers-Cotterêts.

Elaboré par le chancelier Guillaume Poyet, ce document porte le nom d'Ordonnance générale sur le fait de la justice, police et finances.

Il comporte 192 articles, réforme la juridiction ecclésiastique, réduit les prérogatives de certaines villes, et surtout, demande aux prêtres de tenir désormais des registres de baptêmes et de sépultures (50-54), et déclare obligatoire la rédaction de tous les documents officiels en langue française (110-111).

  • Art. 50. - Que des sépultures des personnes tenans bénéfices, sera faict registre en forme de preuve, par les chapitres, colléges, monastères et cures, qui fera foi, et pour la preuve du temps de la mort, duquel temps sera fait expresse mention esdicts registres, et pour servir au jugement des procès où il seroit question de prouver ledit temps de la mort, au moins, quant à la récréance.
  • Art. 51. - Aussi sera fait registres, en forme de preuve, des baptêmes, qui contiendront le temps et l'heure de le nativité, et par l'extrait dudict registre, se pourra prouver le temps de majorité ou minorité, et sera pleine foy à ceste fin.

(...]

  • Art. 110. – Et afin qu’il n’y ait casue de douter sur l’intelligence desdits arrêts, nous voulons et ordonnons qu’ils soient faits et écrits si clairement, qu’il n’y ait ni puisse avoir aucune ambiguité ou incertitude ne lieu à demander interprétation.
  • Art. 111. – Et pour ce que telles choses sont souvent advenues sur l’intelligence des mots latins contenus esdits arrests, nous voulons d’oresnavant que tous arrests, ensemble toutes autres procédures, soient de nos cours souveraines et autres subalternes et inférieures, soient de registres, enquestes, contrats, commissions, sentences, testaments, et autres quelconques, actes et exploicts de justice, ou qui en dépendent, soient prononcés, enregistrés et délivrés aux parties en langage maternel françois et non autrement.
Sources

Wikisource - L'ordonnance
Mairie de Villers-Cotterêts
Wikipédia