Les 16 et 17 juillet 1942, plus de 8000 personnes juives dont 4000 enfants sont rassemblés par la police française au vélodrome d'hiver (situé rue Nélaton dans le XVe arrondissement de Paris).
Les conditions y sont abominables : pas de couchage, pas de nourriture, un seul point d'eau et une hygiène inexistante.

Camp de Drancy5000 autres, les célibataires et les couples sans enfants sont directement emmenés au camp d'internement de Drancy ou la cité de la Muette, batiment en U se prête facilement à la surveillance des prisonniers.

A l'origine, il y a le décret signé par le maréchal Pétain le 4 octobre 1940, autorisant l’internement dans des camps spéciaux des ressortissants étrangers de race juive. La circulaire du 13 juillet 1942 de la préfecture de Paris qui vient compléter ce décret détaille toute l'opération. Elle prévoit 22 à 24.000 arrestations de juifs, il n 'y en aura que 13.152 et aux yeux des organisateurs, ce ne sera qu'un demi succès :-(
Les autorités allemandes diffèrent la raffle afin d'éviter la date du 14 juillet, bien que la fête nationale ne soit pas célébrée en zone occupée.

Le Wagon de DrancyCeux qui ne partent pas à Drancy seront envoyés dans les camps de Beaune-la-Rolande (45) et Pithiviers. Cependant tous seront déportés vers le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau d'où la plupart ne reviendront pas (sur 75.000 juifs déportés de France, à peine 2500 sont revenus).






La gare de BobignyDe Drancy les départs se faisaient par la gare de Bobigny. Entre 1942 et 1943, 21 convois quittèrent Bobigny pour Auschwitz.











Le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Hubert Falco, a rendu hommage dimanche 26 juillet 2009 aux Justes de France "qui se dressèrent face à la barbarie nazie", lors de la commémoration à Paris de la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942. (Source Les Echos).

Sources

Vel d'Hiv

CDNP
Wikipédia

Drancy

Conservatoire
Association du Camp de Drancy

Bobigny

Mémoire2000