Cercle généalogique de l'est parisien : le blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 12 août 2009

La Dhuys

Préambule :

C'est l'été, la semaine dernière, pour me rafraichir, je vous proposais une balade au bord de la Marne, voir une baignade.
Cette semaine, la température exotique du mois d'août m'a donné soif. Aussi, je vous proposerai de découvrir l'un des aqueducs qui alimentent Paris en eau potable : celui de La Dhuys.

Les acqueducs :

Nous trouvons, faisant partie d'un réseau de 600 kilomètres :

  • au sud, l'aqueduc de la Vanne rejoint par celui du Loing et du Lunain, appuyé à Arcueil sur l'ancien aqueduc de Marie de Médicis, qui se jette dans le réservoir de Montsouris
  • a l'ouest, l'aqueduc de l'Avre aboutissant au réservoir Montretout à Saint Cloud
  • au Nord Est, l'aqueduc de la Dhuys qui prend sa source dans l'Aisne pour arriver au réservoir de Ménilmontant.
Historique :

Paris a toujours eu besoin d'eau, les aqueducs romains alimentant Lutèce et les termes de Cluny, ainsi que celui retrouvé récemment sur la commune de Villenoy près de Meaux sont la pour en attester.

Plus tard, Marie de Médicis, veuve d'Henri IV, construira un aqueduc pour alimenter les jardins du Luxembourg et son château.

Napoléon Ier avait été le premier à s'inquiéter des besoins en eau des parisiens. Il avait fait réaliser le canal de l'Ourcq, mais la navigation rendant l'eau impropre à la consommation, de nombreux problèmes de salubrité s'en suivirent. C'est pourquoi à l'heure actuelle, cette eau sert à la ville de Paris pour arroser ses parcs et jardins.

C'est Napoléon III qui s'attaquera au problème, et sous la conduite de l'ingénieur Belgrand construira les aqueducs que nous connaissons de nos jours. Celui de la Dhuys fut inauguré en 1865 et celui de la Vanne en 1874.
L'aqueduc de l'Avre, plus récent, fut conçu par Félix Eugène Edmond Humblot et réalisé par Fulgence Bienvenue, et inauguré en 1893.

Aujourd'hui, c'est la moitié de l'eau consommée par Paris qui est acheminée par ces ouvrages, soit environ 330.000 mètres cubes par jour, l'autre moitié provenant des rivières.

La Dhuys aujourd'hui

La Dhuys

L'aqueduc démarre de Pargny-la-Dhuys dans l'Aisne, puis traverse la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis avant d'arriver à Paris.
Entre les 131 Km qui séparent le départ et l'arrivée, le dénivelé n'est que de 20 mètres (de 128 à 108 m). Il est capable d'acheminer 20.000 mètres cubes d'eau par jour.
Chez nous, en Seine-Saint-Denis, il traverse les communes de Gagny, Le Raincy, Villemomble, Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec, Romainville, Montreuil-sous-Bois et Bagnolet..

Mickey - Le Chateau Si sa destination a été en partie détournée, c'est pour profiter au parc de la célèbre souris de Marne la vallée, et aux communes de l'est parisien.
Le réservoir de Ménilmontant est désormais alimenté également par l'usine de Joinville, la première en Europe en matière d'assainissement, et qui retraite les eaux de la Marne.







aqueduc de la Dhuys - Un regard En 2008, son parcours a été aménagé en promenade entre le Raincy (93) et Dampart (77), et que vous soyez piéton ou cycliste, c'est un parcours de 27,5 Km qui vous est offert, en passant par la forêt de Bondy.
Vous y croiserez, comme sur la photo, ces curieuses cabanes soigneusement fermées à clé, il s'agit en fait de regards permettant la surveillance et l'entretien de l'aqueduc.


Liens

Paris.fr

mercredi 5 août 2009

La rivière

Mercerdi 5 août, 8 heures du matin. Il fait déjà chaud dans l'est parisien.

Je me mets à regretter la belle époque ou l'on prenait le train de la Bastille pour arriver à Nogent ou Joinville.

Nogent, c'était le canotage La Marne à Nogent

Joinville, c'était les baignades La marne à Joinville




C'était le temps des dimanches au bord de l'eau ,
Le temps des guinguettes Maurice Chevalier nous le chantait si bien :

Ça s'est passé un dimanche
Un dimanche au bord de l'eau.




Alors...
         Si ça vous dit, on part à la plage ??

Maillot de bain H Maillot de bain F






Remerciements

à Jean François CHAVASTELON à qui j'ai emprunté les cartes postales : Voir son site

dimanche 26 juillet 2009

La rafle du Vel d'Hiv, Drancy, la gare de Bobigny

Les 16 et 17 juillet 1942, plus de 8000 personnes juives dont 4000 enfants sont rassemblés par la police française au vélodrome d'hiver (situé rue Nélaton dans le XVe arrondissement de Paris).
Les conditions y sont abominables : pas de couchage, pas de nourriture, un seul point d'eau et une hygiène inexistante.

Camp de Drancy5000 autres, les célibataires et les couples sans enfants sont directement emmenés au camp d'internement de Drancy ou la cité de la Muette, batiment en U se prête facilement à la surveillance des prisonniers.

A l'origine, il y a le décret signé par le maréchal Pétain le 4 octobre 1940, autorisant l’internement dans des camps spéciaux des ressortissants étrangers de race juive. La circulaire du 13 juillet 1942 de la préfecture de Paris qui vient compléter ce décret détaille toute l'opération. Elle prévoit 22 à 24.000 arrestations de juifs, il n 'y en aura que 13.152 et aux yeux des organisateurs, ce ne sera qu'un demi succès :-(
Les autorités allemandes diffèrent la raffle afin d'éviter la date du 14 juillet, bien que la fête nationale ne soit pas célébrée en zone occupée.

Le Wagon de DrancyCeux qui ne partent pas à Drancy seront envoyés dans les camps de Beaune-la-Rolande (45) et Pithiviers. Cependant tous seront déportés vers le camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau d'où la plupart ne reviendront pas (sur 75.000 juifs déportés de France, à peine 2500 sont revenus).






La gare de BobignyDe Drancy les départs se faisaient par la gare de Bobigny. Entre 1942 et 1943, 21 convois quittèrent Bobigny pour Auschwitz.











Le secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, Hubert Falco, a rendu hommage dimanche 26 juillet 2009 aux Justes de France "qui se dressèrent face à la barbarie nazie", lors de la commémoration à Paris de la rafle du Vel d'Hiv du 16 juillet 1942. (Source Les Echos).

Sources

Vel d'Hiv

CDNP
Wikipédia

Drancy

Conservatoire
Association du Camp de Drancy

Bobigny

Mémoire2000

samedi 25 juillet 2009

Forum des associations de Rosny-sous-Bois 2009

Avec la participation du CGEP

Une date à retenir : le 12 septembre 2009 ! La Ville de Rosny-Sous-Bois vous propose de renouveller cette manifestation, qui n’avait plus eu lieu depuis 1999.

forum_rosny_2009.jpg

Adresse : Centre Nautique et Sportif Claude Bernard
Mail J.P. Thimbaud
93110 Rosny-sous-Bois

Consanguinité

On parle de mariage consanguin pour deux époux ayant des ancêtres en communs.

L'église (droit canon) et l'état (droit civil) utilisent des règles de numérotation différentes :

En droit canon le degré de consanguinité indique la génération :

  • 1er degré : Frères et soeurs
  • 2e degré : Cousins germains
  • 3e degrés : cousins issus de germains

Dans l'exemple donné sur le billet concernant la numérotation d'Aboville, on voit que 1-1.3 et 1-1.3A sont le mêmes personnes que 1-5B.1A et 1-5B.1, il s'agit d'un mariage au 3e degré de consanguinité.

  • 1-1.3 est le 3e enfant de 1-1
  • 1-5B.1 est le 1er enfant issu du second mariage de 1-5
  • 1-1 et 1-3 sont soeur et frère.

Dans les actes, on entend parler également de mariage au 2e et 3e degré de consanguinité : 2e degré = cousin germain pour l'époux, 3e degré = fille du cousin germain pour l'épouse. Les grand parents de l'époux sont les arrière grand parents de l'épouse.

En droit civil on part de l'époux, et on compte le nombre de générations qui le sépare de l'ancêtre commun, puis, on ajoute le nombre de générations qui sépare ce dernier de l'épouse. Pour reprendre l'exemple du mariage au 2e et 3e degré de consanguinité en droit canon, il y a 2+3=5 degrés entre les époux (ce qui ne veut pas dire qu'il règne un climat glacial ;-)

Aboville

Numérotation descendante à partir d'une personne:
Elle porte un numéro
pour chacun de ses mariages on ajoute une lettre A, B, C...

  • 1-A est l'époux de 1
  • 1-1.1A est le premier époux de 1-1.1 et 1-1.1B son second époux

les enfants prennent un numéro séquentiel derrière le numéro de la personne (et éventuellement du mariage s'il y en a plusieurs)

  • 1-1 est le premier enfant de 1 et de 1-A (il n'y a qu'un seul mariage, la lettre qui le désigne est facultative)
  • 1-2 est le second enfant de 1 et 1-A
  • 1-5B.1 est le 1er enfant de 1-5 et de 1-5B (B=second mariage)

Idem pour les petits enfants

  • 1-1.3.4 est le 4e enfant de 1-1.3, le petit enfant de 1-1 et l'arrière petit enfant de 1

Exemple :

1 VANNOORENBERGHE Jean Francois Mathieu
1-A x CARTON Barbe Victoire

...1-1  VANNOORENBERGHE Marie Cornelie Emelie               
...1-1A  x DECROIX Pierre Cornil                 
... ...1-1.1  DECROIX Julie Christine Victoire           
... ...1-1.1A  x BAILLEUL Ypres Joseph           
... ...1-1.1B  x BECUWE Martin Winoc             
... ...1-1.2  DECROIX Jean Winoc                 
... ...1-1.3  DECROIX Charles Louis Francois             
... ...1-1.3A  x VANNOORENBERGHE Adelaide Eugenie Lucie          
... ... ...1-1.3.1  DECROIX Emile Rene           
... ... ...1-1.3.2  DECROIX Marie Leonie                 
... ... ...1-1.3.3  DECROIX Emile Georges Rene           
... ... ...1-1.3.4  DECROIX Blanche Marie Zoe            
... ... ...1-1.3.5  DECROIX Marie Adrienne Lucie                 
...1-2  VANNOORENBERGHE Folquine Anatolie                
...1-3  VANNOORENBERGHE Pierre Francois Ange             
...1-4  VANNOORENBERGHE Felix Romain Louis               
...1-5  VANNOORENBERGHE Francois Xavier Fidel            
...1-5A  x PLOYAERT Nathalie             
...1-5B  x FINET Fidele Sophie Catherine                 
... ...1-5B.1  VANNOORENBERGHE Adelaide Eugenie Lucie            
... ...1-5B.1A  x DECROIX Charles Louis Francois                 
... ... ...1-5B.1.1  DECROIX Emile Rene          
... ... ...1-5B.1.2  DECROIX Marie Leonie                
... ... ...1-5B.1.3  DECROIX Emile Georges Rene          
... ... ...1-5B.1.4  DECROIX Blanche Marie Zoe           
... ... ...1-5B.1.5  DECROIX Marie Adrienne Lucie                
... ...1-5B.2  VANNOORENBERGHE Raymond           
... ...1-5B.3  VANNOORENBERGHE Louise Marie              
...1-6  VANNOORENBERGHE Fidelie Sophie Catherine                 
...1-6A  x BYNARD Frederic Henri

Sosa

La numérotation de Sosa-Stradonitz sert en généalogie ascendante.
On attribue le numéro 1 à la personne étudiée, c'est le De Cujus

On prend le numéro de la personne on multiple par 2 pour obtenir le numéro son père,
et on ajoute 1 au numéro du père pour obtenir celui de la mère.

Exemple :
Pierre est numéro 4
4x2=8 est le numéro de son père
(4x2)+1= 8+1 =9 est le numéro de sa mère

1 G1 Albert VERGEZ
->2 G2 Yann VERGEZ
-->4 G3 Pierre VERGEZ
--->8 G4 Jacques VERGEZ
--->9 G4 Suzanne VITRY

Voir aussi :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Numérotation_de_Sosa-Stradonitz

Implexe

Deux ancêtres sont implexes quand ils sont une seule et unique personne.
Exemple :
Albert est le fils de Yann et Jeanne qui sont cousins germains
Pierre (père de Yann) est le frère de Alain (père de Jeanne)
Leurs parents, Jacques et Suzanne sont des implexes

1 G1 Albert VERGEZ
->2 G2 Yann VERGEZ
-->4 G3 Pierre VERGEZ
--->8++ G4 Jacques VERGEZ
--->9++ G4 Suzanne VITRY
-->5 G3 Claire DELOY
->3 G2 Jeanne VERGEZ
-->6 G3 Alain VERGEZ
--->8++ G4 (=12) Jacques VERGEZ
--->9++ G4 (=13) Suzanne VITRY
-->7 G3 Danièle DUPONT

Voir aussi :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Implexe

mercredi 22 juillet 2009

22 juillet 1461 - Mort de Charles VII

Le 22 juillet 1461 s'éteint à Mehun-sur-Yèvre Charles VII le Victorieux, roi de France.

Né à Paris le 22 février 1403, fils de Charles VI et Isabeau de Bavière, il règne de 1422 à 1461. Il est sacré à Reims le 17 juillet 1429 grâce à l'appui de Jeanne d'Arc et Gilles de Rais. Il met fin à la guerre de 100 ans en 1453.

Charles VII

Son histoire est retracée sur Wikipédia , nous ne reviendrons donc pas dessus, néanmoins il est important de souligner que Charles VII est bien un roi de l'Est Parisien : en effet, il donne à sa maitresse Agnès Sorel le manoir de Beauté près Vincennes.

Agnès Sorel Elle devient la Dame de Beauté pour la postérité.

mardi 7 juillet 2009

Mariage Aveyronnais

Monsieur Lamère a épousé Mademoiselle Lepère.
De ce mariage, est né un fils aux yeux pers.
Monsieur est le père, Madame est la mère.
Les deux font la paire.
Le père, quoique père, est resté Lamère, mais la mère, avant d'être Lamère était Lepère.
Le père est donc le père sans être Lepère, puisqu'il est Lamère et la mère est Lamère, bien que née Lepère.
Aucun des deux n'est maire.
N'étant ni le maire ni la mère, le père ne commet donc pas d'impair en signant Lamère.
Le fils aux yeux pers de Lepère deviendra maire.
Il sera le maire Lamère, aux yeux pers, fils de Monsieur Lamère, son père, et de Mademoiselle Lepère, sa mère.
La mère du maire meurt et Lamère, père du maire, la perd.
Aux obsèques, le père de la mère du maire, le grand-père Lepère, vient du bord de mer, et marche de pair avec le maire Lamère, son petit-fils.
Les amis du maire, venus pour la mère, cherchent les Lamère, ne trouvent que le maire et Lepère, père de la mère du maire, venu de la mer, et chacun s'y perd !

daffy_004.gif

Source : Liste Généalogique Yahoo de l'Aveyron, relayé par la liste Yahoo d' Aprogemere .

dimanche 5 juillet 2009

Guide des recherches sur l'histoire des familles

A Lire et à relire, pour les généalogistes débutants comme pour les chercheurs confirmés, je vous présente le Guide des recherches sur l'histoire des familles par Gildas BERNARD, inspecteur général des Archives de France.

Gildas BERNARD

Vous pouvez l'obtenir en version papier auprès des Archives Nationales ou de la Documentation française.

Mais FranceGenWeb a eu la bonne idée de le mettre directement en ligne, ainsi, tout le monde peut en profiter:

C'est ici http://www.francegenweb.org/~archives/guide/index.php

samedi 4 juillet 2009

Archives Nationales

Ce matin là, il y avait au moins 3 chercheurs passionnés du CGEP en visite au CARAN :

Christian, André (de dos) et Jean (derrière l'objectif) OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le site des archives nationales est sur http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/index.html

Pour vos visites au CARAN, vous pouvez réserver en ligne vos documents

vendredi 3 juillet 2009

Rentes de l'abbaye de Saint-Denis 1530-1550

Autres rentes appartenant audit cenier

(de l’abbaye de Saint Denis) deues par les habitans de Stains.

Le chapon à trois pattes.

(...) Les hoirs Colin Anquetin de Stains pour une maison court et jardin assis audict Stains au lieu dict les Clozeaux qui fut a Robin Anquetin son pere Tenant dune part au seigneur dudit Stains et a Claude Texier/Et dautre part a Gille Sez et aultres/abboutissant dun bout au ru dudit Stains/ et dautre bout a ladite sente parlaquelle on va dudict Stains a Saint Denis Donc doibvent par chacun an audit cenier le lendemain de Noel un chappon et demy et trois sols parisis de rente. (...)

Ce court extrait du relevé du cenier est daté de 1530/1540 – Archives nationales S//2643 à 2647.
A propos de cette série S//xxxx des Archives nationales, - déjà mentionnée par Christian Minot dans un numéro précédent de notre revue Le Francilien du Levant sous le titre « Sortons des sentiers battus » :
Cette série est très riche pour des recherches sur les localités qui dépendaient des abbayes de Saint Denis, Saint Martin ou du Temple, par exemple. La plupart des documents sont à but fiscal et remontent jusqu’au début du 14e siècle, voire du 13e siècle. On y trouve des actes de vente, d’échange, des plans terriers, des listes de contribuables, des condamnations à payer, des partages d’héritages, des ensaisinements (des enregistrements d’actes), etc.
Par exemple, sous la cote S//2641/4 on trouve des cueillerets de Saint Denis, Pierrefitte, Stains de 1549.
Sous la cote S//2641/3 on trouve un censier de Pierrefitte daté de 1338.
Sous la cote S//2641/5 on trouve une description de tous les cantons de Pierrefitte et des habitants y résidant.
La cote S//2641/2 contient le cens de Saint Denis de 1393 à 1400.
Sous la cote S//2641/1, un cueilleret de Pierrefitte vers 1770.
Sous S//2643 un papier censier de Pierrefitte de 1484 à 1512.
Sous S//2399, les cens dus à l’église Saint Paul de l’Estrée (à Saint Denis) : des baux sur Auberviliers (essentiellement), Colombe, La Courneuve, Crèvecoeur, Saint Denis, Saint Ouyen, Pantin, Pierrefitte, Stains, Villetaneuse du 18/3/1407 au 26/1/1650.
Sous la cote S//5092 un plan détaillé des possessions de la Commanderie du Temple à Montmorency.
Sous la cote S//2307, git un cueilleret de Clichy et de Montmartre.
Sous la cote S//2636/B 6 pièces concernant Romainville de 1585 à 1785.
Sous la cote S//2262/A/2 un plan de Stains de 1703 en couleurs, dressé pour départager les prétentions des seigneurs de Stains et l’abbaye de Saint Denis, mais aussi les habitants de Pierrefitte.
Sous la cote S//2256/B et 2260/A, le terroir de Dugny.
Etc.

Communiqué par Jean Lécuyer

jeudi 2 juillet 2009

Mariage(s) Présidentiel(s)

A l'heure ou je vous parle, notre chère Présidente, Geneviève CAMUS, s'apprête à marier son fils, alors que du côté du CGMA, Joel BACQUER prépare le mariage de sa fille.

Souhaitons tous nos voeux de bonheur aux deux nouveaux couples. felicitations-mariage.jpg

L'histoire n'a pas dit s'il y avait contrats de mariage et chez quel notaire ceux ci avaient été déposés. Il faudra que les descendants fassent quelques recherches ;-)

mardi 30 juin 2009

Parcs et jardins dans l’Est parisien de la fin de l’Ancien Régime à nos jours

Huitième colloque des bords de Marne

Le huitième colloque des bords de Marne aborde de manière pluridisciplinaire la question des parcs et jardins en donnant aux historiens et aux praticiens de la question l'occasion de s'exprimer. Qu'est-ce qu'un jardin et de quelle façon les a-t-on décliner ?

Lieu

Le Perreux-sur-Marne (94) (Centre des bords de Marne, Petit théâtre)

Date

samedi 26 septembre 2009

Contact

Vincent Villette

courriel :

archives tiret nogent (at) wanadoo point fr

Archives municipales de Nogent-sur-Marne
2 avenue du maréchal Franchet d'Espérey
94130 Nogent-sur-Marne
Tél :01.43.94.95.94

Tout le détail du colloque sur : http://calenda.revues.org/nouvelle12961.html

Merci à

Philippe Nusbaumer pour cette information

mercredi 24 juin 2009

Premier billet

Voilà, il fallait un début, c'est fait. Je viens d'activer ce blog en espérant donner au CGEP un nouvel essor, et un moyen de communication à la hauteur de ses ambitions.

L'année 2009-2010 sera très très bonne

Yves Vergez - F94130

page 3 de 3 -